Un champion du monde en prison

0
8885

La célébrité, la gloire ou le pouvoir confèrent-ils tous les droits? Non, assurément non. Cependant, l’actualité footballistique nous prouve quotidiennement le contraire. Les stars du ballon rond s’illustrent depuis quelques années par des violations de lois. De la fraude fiscale, au viol présumé, en passant par le kidnapping, les footeux font plus parler d’eux dans les chroniques judiciaires que dans les pages sportives.

Dernier exemple en date, l’ancien footballeur italien Vincenzo Iaquinta. Le champion du monde 2006, a été condamné mercredi à deux ans de prison ferme par un tribunal italien, pour des crimes liés à la possession d’armes avec des circonstances aggravantes, en lien avec la mafia.

Le procureur avait requis une peine de six ans d’emprisonnement pour l’ex-attaquant de la Juventus Turin, 38 ans et 40 sélections, pour détention d’armes à feu et liens avec le groupe mafieux Ndrangheta dans le Nord de l’Italie.

Par ailleurs, son père Guiseppe, un entrepreneur accusé d’affiliation à la Ndrangheta, a été condamné à 19 ans de prison.

En mai, le procès a impliqué, à des degrés divers, plus de 140 prévenus dont des mafieux et des hommes d’affaires. Le coup de filet qualifié à l’époque d’historique avait eu lieu en 2015, dans le cadre d’une enquête coordonnée par le parquet de Bologne.

À ce rythme, la FIFA devrait penser à organiser une Coupe du Monde pénitentiaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

source